AC
TU


On n’y voit rien

Exposition des travaux des étudiants de première année lors de la semaine intensive de dessin

/ EXPOSITION / On n’y voit rien

Les étudiants de première année présentent le travail qu'ils ont réalisés lors de la semaine intensive de dessin. Que regardons-nous ? Comment regardons-nous et comment exprimons-nous ce que nous percevons du monde qui nous entoure ? L’intensif de dessin en Semestre 1 invite les étudiants à explorer différentes postures d’observation et de représentation de la ville avec les outils du dessin. Placés dans une posture de découverte et d’expérimentation grâce à des exercices courts et variés qui s’appuient sur une approche kinesthésique de l’espace, les étudiants vont arpenter Lyon et sa périphérie munis d’un carnet de croquis. Différents protocoles de dessin leur sont proposés : construction à travers des formes géométriques simples, étude de l’ombre et de la lumière, mise en perspective, mais également traduction d’un paysage sonore, cartographie sensible, etc. Les étudiants sont également invités à imaginer eux-mêmes des contraintes qui agissent sur leurs perceptions et leurs représentations de l’espace urbain.

« Dess(e)in (c’est même mot) : désir de faire venir la forme, C’est-à-dire idée. Dessin : idée sensible ligne qui porte puissance d’infini. Dessin graphique, sans doute, mais aussi mélodique, rythmique, filmique, poétique. C’est un des opérateurs communs de tous les arts ». Jean-Luc Nancy, Le plaisir au dessin.

/ Équipe enseignante

Marie-Claire Mitout
Christophe Gonnet
Laurent Pernel
Fabienne Comte
Fabrice Cavaillé
Liliane Viala
Félix Lachaize