AC
TU


Architecture de l'hospitalité

Deux journées d’études portant sur « Fabriquer, concevoir, enseigner, rechercher, ressentir : L’architecture, la recherche et la pédagogie à l’épreuve de la précarité ».

Dans le cadre de la Biennale de l'hospitalité de la Métropole de Lyon, les laboratoires de recherche EVS-LAURe (UMR-5600), IPRAUS-AUSSER (UMR 3329) et l'Ecole nationale supérieure d'architecture de Lyon organisent deux journées d'études sur la thématique de "L'architecture de l'hospitalité".
Elles se dérouleront les 9 novembre (à la Maison de l'adoption) et 10 novembre (à la Maison de la Métropole pour les Solidarités).


/ Présentation

Le sans‐abrisme, la précarité et l’inégalité d’accès au logement créent des formes d’occupations et d’appropriations spatiales (de la rue au campement), où la mise à l’épreuve de l’habiter dévoile la part inhospitalière des villes. Ces situations font naître des émotions qui vont de l’indifférence, du dégoût et de la peur (« nous avons peur d'avoir peur » nous dit le philosophe Guillaume Leblanc) au sentiment d’injustice, d’impuissance, de colère et de honte de ne pouvoir agir.
Comment ces émotions “embarrassent”, “saisissent” ou au contraire accompagnent, motivent et guident les pratiques professionnelles liées à la production de l’espace, tant du côté de la conception, que du côté de la recherche et de l’enseignement ?
Quand il s'agit de concevoir des espaces confortables, de faire un relevé dans un logement insalubre, d'observer des pratiques d'appropriation de l'espace public à l’écart de la norme, l'exercice de nos métiers peut‐il nous permettre de gérer et dépasser ces sentiments, ou au contraire ces affects et ces émotions constituent‐ils un élément indispensable du terrain et un moteur de l’action ?
Alors que les émotions sont souvent “acceptées” dans la phase de terrain mais posent problème au moment de l’analyse et de la conception du projet, il sera question des manières dont les architectes, chercheurs, enseignants et étudiants négocient avec cette part de non‐dit ou encore de point aveugle des pratiques professionnelles.
A travers les regards d'architectes et les maitres d’ouvrages impliqués dans des projets d'habitats alternatifs aux solutions d'urgence, de chercheurs et d’étudiants qui témoignent de cette sensibilité dans leurs démarches d’enquêtes et de projet, ces journées entendent questionner cette part des affects et des émotions et leurs rôles dans notre capacité à trouver les moyens d'expérimenter, pour rendre nos villes et leurs architectures plus accueillantes pour tous et toutes.

/ 3 tables rondes

3 tables rondes seront organisées autour de trois temps : la conception architecturale, la recherche et la pédagogie à l'épreuve de la précarité
- Jeudi 9 novembre 14h-18h : "L'architecture à l'épreuve de la précarité : les émotions dans la pratique" : Présentation d'expériences / d'expérimentations architecturales en présence des architectes et des maîtres d'ouvrage impliqués.
- Vendredi 10 novembre 9h-12h30 : "Précarités et expériences de recherche : Les non-dits de la recherche" : Présentations d'expériences de recherche en architecture, urbanisme et anthropologie.
- Vendredi 10 novembre 14h-18h : "Précarité et Pédagogie : négocier avec ses émotions" : Présentations d’expériences /expérimentations pédagogiques pluridisciplinaires en présence d’enseignants et étudiants en architecture des ENSA de Lyon, Paris-Belleville et Clermont-Ferrand.

/ Comité d’organisation

Valérie Faucher-Dufoix, ENSA Paris-Belleville, IPRAUS-AUSSER
Marine Giraudon, ENSA Lyon, EVS-LAURe, UMR 5600
Cécile Regnault, ENSA Lyon, EVS-LAURe, UMR 5600
Corine Védrine, ENSA Lyon, EVS-LAURe, UMR 5600

/ Informations pratiques

Entrée libre sur inscriptions : https://demarches.toodego.com/inscription-a-des-evenements/inscription-a-un-evenement-de-la-biennale-de-l-hospitalite/
Accès :
Jeudi 9 novembre: Maison de l’adoption : 8 rue Jonas Salk, 69007 Lyon (Tram T1 Halle Tony Garnier).
Vendredi 10 novembre : Maison de la métropole pour les solidarités : 149 rue Pierre Corneille, 69003 Lyon (métro place Guichard).