AC
TU


Workshop : la technique du bois brûlé

Le domaine d'études de master GéoArch organise un atelier Yakisugi, la technique du bois brûlé.

  • WORKSHOP / Yakisugi, la technique du bois brûlé
    30.04 > 1.04. Loire
Le domaine d’études de master GéoArch, organise un atelier Yakisugi, la technique du bois brûlé, encadré par Christophe Gonnet et Ludovic Ghirardi du mercredi 30 mars au vendredi 1er avril. Cet enseignement de trois jours se déroulera sur le site de la ferme de Vernand à Fourneaux (Loire),en relation avec le projet de l’association Polyculture. Le Yakisugi, littéralement cèdre grillé ou cèdre brûlé, est une technique de protection du bois originaire du Japon. Elle s’obtient en brûlant profondément la surface d’une planche de bois. Le matériau est ainsi plus résistant au feu, insectes et champignons. Cette technique est réutilisée par des architectes contemporains comme Terunobu Fujimori et a été proposée pour la construction du Guggenheim Helsinki.

  • Les productions des étudiants
Le travail s’organisera autour de 2 chantiers simultanés :
- La production de bois brulé : préparation et répétition des dispositifs de calcination des planches par 3 (découpe, agencement, feu, finition).
- L’élaboration d’une barrière sinusoïdale dans l’espace entre le pâturage et l’espace naturel et artistique : au-delà de critères pratiques, cet élément constructif s’inscrira plastiquement dans l’espace pour dialoguer en continuité de l’œuvre artistique proche (Être Étang de C. Gonnet). Ce travail sera élaboré comme un élément sculptural, environnemental et architectural.

  • Enjeux pédagogiques et thématiques
- Penser par le faire : L’architecte comme le sculpteur dessine avec sa tête et pense avec ses mains. Si le site, les outils et les matériaux à disposition forme un cadre précis, le projet reste assez vague en termes de dessin et proportions. C’est dans la pratique de l’espace in situ et l’avancée des expérimentations physiques (feu, cintrages, emprise spatiale…) que se dessinera peu à peu la définition du projet.
- Travailler à partir des 4 éléments fondamentaux (5 pour les japonais) : Le feu, l’air, la terre, l’eau et le bois, qui sont nos matières d’ouvrage. Par l’effet Venturi (voir dynamique des fluides) l’air démultiplie l’action du feu dans la cheminée de bois. L’eau vient enfin interrompre et stabiliser cet effet. La terre reçoit et ancre le projet finalisé.
- Le corps comme récepteur/émetteur de l’espace : En s’inscrivant physiquement dans l’espace, en l’habitant, nous faisons l’expérience d’une intelligibilité tout autre qu’une simple appréhension intellectuelle d’observateur. Nuit et jour vivent les lieux. D’heure en heure ils se transforment, sont habités. Au-delà des actions conscientes que l’on peut y exercer, c’est aussi d’en être habité et traversé dont il faut faire l’expérience.
- Représenter artistiquement le monde : « Plein de mérite, c’est poétiquement pourtant que l’homme habite sur cette terre » (Hölderlin) – Agir sur le monde c’est le représenter, mais le représenter ce n’est pas le définir, c’est plutôt en donner une interprétation. L’art fonde notre nécessité de représenter le monde, non pour en fixer la réalité, mais pour en étendre indéfiniment le sens, nous protégeant ainsi de toute vérité (Nietzsche).
- Aller à la rencontre : Le site de la ferme de Vernand se présente comme un laboratoire de rencontres. Rencontres entre les individus tout d’abord, en étudiant par exemple les modalités d’une ferme ouverte au public. Rencontres entre les pratiques (agricoles, éco responsables, touristiques, culturelles…). Rencontres entre les espèces vivantes, florales, animales, humaines… Au-delà des enjeux d’une nouvelle rencontre pédagogique, c’est au carrefour de toutes ces rencontres qu’il faut également nous inscrire.

  • L’association Polyculture
L’association Polyculture et la ferme d’élevage de Vernand proposent de porter par la création artistique un autre regard sur un site agricole contemporain et sur les différents espaces construits qu’il présente. L’association Polyculture, regroupant actuellement une cinquantaine d’adhérents, a plus largement vocation à permettre la promotion de l’art contemporain en milieu rural et à créer un groupe d’échange et de discussion ouvert autour de la création artistique.

  • L’équipe pédagogique
\ Christophe Gonnet
\ Ludovic Ghirardi