Archi
Recherche


L'école du faire : enjeux d'une pratique d'artiste architecte

Par Chantal Dugave - maître de conférences à l'ENSAL, chercheuse au laboratoire GERPHAU
Directeur de thèse: Xavier Bonnaud, professeur des écoles d'architecture, GERPHAU, ENSA Paris Le Villette
Laboratoire d’accueil : GERPHAU, EA 7486

La thèse porte sur les conditions et les enjeux de la fabrication d’œuvres dans des espaces de/en souffrance. Elle s’appuie sur la pratique d’une artiste architecte, associée à l’expérience pédagogique acquise en tant qu’enseignante à l’École nationale supérieure d’Architecture de Lyon, dans la discipline « Art et Techniques de Représentation ». Cet enseignement s’exerce sur des terrains d’étude similaires. La notion d’« espaces de/en souffrance » qualifie des contextes de crise, de maladie ou de guerre, générateurs de fragilités, de faiblesses, de désordres. Les travaux professionnels et ceux qui sont traités dans le cadre pédagogique constituent le corpus de la thèse. La démarche étant empirique, la méthodologie suivie consiste à intégrer la pratique dans le dispositif de la thèse. Pour cela, chaque expérience ou projet a été analysé et est restitué sous la forme de carnets de bord, suivant une démarche associée à l’ethnographie. Ceux-ci sont situés en annexe. La thèse analyse le processus expérimental du « faire » et ce qu’il engendre. Le faire défait l’ordre préalable, propre à chaque espace de/en souffrance et le refait autrement, ouvrant de nouveaux champs de lecture : à quelles conditions, proposer un point de vue différent permet-il alors de réinterpréter un contexte ? Quel champ cognitif développe-t-il ? En dialogue avec d’autres expériences artistiques ou d’enseignement, la thèse questionne ainsi la relation entre pratique et théorisation, les cheminements par lesquels des expérimentations-artistiques ou pédagogiques deviennent des démarches de recherche. En quoi le faire peut-il construire du sens ? Dans quelle mesure rend-il possibles des actes de réparation ? Cette réflexion conduit à une hypothèse : le processus du faire peut ouvrir un espace de débat politique et pédagogique.

JURY DE THÈSE
\ M. Ruedi Rodolphe BAUR, designer. Docteur en design, école doctorale département des Arts, Université de Strasbourg.
\ M. Xavier BONNAUD, architecte. Professeur HDR en architecture à l’ENSA-Paris-la-Villette, directeur du laboratoire GERPHAU, ENSA-Paris-la-Villette.
\ Mme Hélène HATZFELD, politologue. Docteure d’État en science politique, chercheure au Centre de recherche sur l’habitat-LAVUE.
\ M. Jean-Philippe PIERRON, philosophe. Professeur HDR en philosophie de la vie, de la médecine et de la santé. Universités de Bourgogne.
\ Mme Sylvie SALLES, architecte. Professeure HDR en projet de paysage à l'École Nationale Supérieure de Paysage.
\ Mme Chris YOUNÈS, philosophe. Professeure HDR émérite à l’ENSA-Paris la Villette et à l’École Spéciale d’Architecture, fondatrice du réseau PhilAU.