AC
TU


Rendu AV DEM ATEC

Les étudiants de master du DEM AV/ATEC, encadré par Estelle Morlé, Paul Vincent et Emmanuel Ritz, exposeront, du 25 janvier au 5 février, leurs trois projets : un abri pour bergers en bois héliportable, une cour du collège de demain à partir du matériau terre et un espace interstitiel.

  • Abri pour berger en bois héliportable

Pour répondre à l’usage saisonnier de la garde des troupeaux et le gite des bergers, pour éviter également une procédure administrative lourde et difficile de demande de permis de construire, le Parc National de la Vanoise envisage de mettre au point des abris pour bergers, modulaire et héliportables.

Le module de base est une unité de vie minimale pour une ou deux personnes indépendantes comportant un coin couchage (s’allonger dormir, se reposer), un coin repas (plan de travail cuisine réchaud gaz ou électrique + table et chaises (faire à manger, s’asseoir manger, échanger), un coin toilette (wc secs et douche). Des rangements devront être intégrés en lien avec les différents usages (habits, matériels de cuisine (vaisselle nourriture, outils), couchage, éclairage). Un coin chauffage est envisageable mais à condition de ne présenter aucun risque d’incendie ou de dégagement de gaz nocifs.
Il s’agit d’une réflexion sur la conception et la réalisation d’un abri autonome dans tous les sens du terme, en énergies et en ressources ainsi qu’en terme de réponse aux besoins de premières nécessité , l’eau notamment : eau potable (une bâche à eau inclus dans l’abri devra pouvoir être remplie par ailleurs et vidangeable aisément), eau usées (un dispositif de toilettes sèches devra être mis en place avec les mêmes facilité d’exploitation que la bâche à eau).

  • La cour de collège de demain à partir des matériaux terre

La cour d’un collège : 10 000m² d’enrobé gris parfois un préau, quelques grilles d’évacuation d’eau pluviale, quelques arbres dans des espaces verts erratiques, parfois un ou deux bancs, une ou deux corbeilles à détritus, des équipements de sports, l’ensemble isolé des clôtures périphériques de l’établissement par des bandes enherbées.
Malgré tout la cour d’un collège est un espace fondamental, c’est le lieu de la détente de la pause, le lieu de la rencontre, le lieu de l’affrontement aussi. Sa qualité reflète souvent le compromis entre le souci d’une maintenance simple et efficace et les enjeux de sureté et de sécurité. En centre urbain, la cour est aussi un espace de résonance, le bruit des ballons, des cris, il est souvent source de nuisance pour le voisinage.
Dans ce constat, assez classique, nous sommes appelés à re-questionner le sujet de la façon suivante : \ La taille de l’espace, sa perception visuelle et sensorielle, sa réponse aux problématiques environnementales d’aujourd’hui (imperméabilisation des sols, réchauffement climatique, réutilisation des eaux pluviales, place du végétal), le bruit mais aussi les problèmes sécuritaire, de surveillance, d’intrusion, l’alternance des zones d’échanges, de jeux, de repos. Mais aussi, car les deniers publics se font rares, la question de l’entretien, de la prise en compte pour les élèves de la chose publique, de la durabilité du mobilier urbain ou des plantations réalisées. Le sujet pourrait alors se résumer ainsi : Imaginons l’espace récréatif du collège de demain !
Les livrables seraient alors réalisés sous la forme d’éléments de programme, assortis de croquis, d échantillons avec des propositions sur le traitement des sols, les matériaux employés, les végétaux à mettre en œuvre, le mobilier urbain.

  • Espace Interstitiel - Comment occuper et aménager les espaces délaissés en zone urbaine ?

Ce travail sera mené en collaboration étroite avec le Grand Lyon (direction du patrimoine et des moyens généraux) en tant que maître d’ouvrage public.
Il s’agit de questionner par le programme (quoi ?), les usages (qui ? pour qui ?) et la construction modulaire (comment ?), la résilience d’une ville par l’aménagement des espaces interstitiels en limite du domaine privé de la collectivité : délaissés ou en attente d'affectation à une politique publique.
Plusieurs sites seront étudiés permettant de croiser les réflexions à différentes échelles d’espaces et impliquant différentes natures d’usagers.
Le développement des projets se devant d’être « vertueux », vous rechercherez la création de valeur ajoutée aux sites étudiés tant sur les dimensions humaine, sociale que environnementale.