AC
TU


Première pierre

Installée en atelier licence, cette pierre a été extraite et offerte à l'école par les Carrières du Bugey.

  • Première pierre
    Atelier licence - travées des rendus et des expositions

Cette "première pierre", présentée dans l'atelier licence de l'ENSAL, est à la fois un échantillon de sol à l'échelle 1/1 et la maquette de site au 1/5000° proposée pour le premier projet architectural étudié au premier semestre.

A l'échelle 1/1, il s'agit d'une croûte de pierre ou "choin de Villebois", de 1,2 x 1,4m environ, extraite et offerte à l'ENSAL par les Carrières du Bugey situées à Porcieu-Amblagneu, à 60 km à l'Est de Lyon. Les quais de Saône et du Rhône, de nombreux ponts lyonnais, le Palais de Justice de Saint-Jean, l'Hôtel de Ville, l'Hôtel-Dieu, l'Opéra, le quartier de la Croix-Rousse, notamment, sont construits en choin.
Elle est coupée en 6 "bandes" de 20 cm de large pour faciliter les éventuelles manutentions. Chaque bande de pierre pèse environ 50kg.

Au 1/5000°, cette croûte de pierre représente la topographie d'un paysage imaginaire qui deviendra virtuellement habité par les 120 projets en pierre et bois, imaginés par les étudiants.

Un relevé photogrammétrique de la pierre a été effectué afin d’aider les étudiants dans leur travail avec la maquette. La photogrammétrie, ainsi que la lasergrammétrie, sont deux techniques d’acquisition largement utilisées dans le cadre de projets de numérisation du patrimoine. La rapidité et la précision des mesures, ainsi que le caractère non invasif de ces approches sont des aspects qui s’avèrent être d’autant plus intéressants lorsqu’il s’agit de formes complexes, d’éléments fragiles ou encore de vastes sites difficilement accessibles.

Pour la numérisation de cette maquette, une série de 200 photos environ a servi de support à la photogrammétrie. Le logiciel de traitement (Photoscan ici) permet d’identifier les pixels homologues et de spatialiser, selon les principes de la stéréoscopie, les différents points constituant l’objet photographié. Une série de calculs permet donc d’extraire à partir des photographies réalisées un nuage de point exploitable par la suite. Un maillage est obtenu par triangulation des points constituant le nuage de points dense. Le modèle 3D est exporté, orienté et mis à l’échelle souhaitée (opérations réalisées sur Maya et Rhino). Des plans intersectant le modèle 3D sont par la suite générés, tous le 10m en l’occurence. Les courbes de niveaux sont enfin extraites de cette intersection.

  • Équipe enseignante
  • - Marc Bigarnet
    - Sidonie Joly
    - Juan Socas
    - Yves Moutton
    - Élisabeth Polzella
    - Jean-Louis Bouchard
    - Michèle Baton

    • Equipe du laboratoire MAP-ARIA
    • - Alexandra Stoleru, stagiaire CNRS
      - Kevin Jacquot, maître de conférence