AC
TU


Marges et interstices en histoire de l'architecture II

Journée d'études "Marges et interstices en histoire de l'architecture (XVIIIe-XXIe siècle) II : questionner la figure de l'architecte et son champ d'action".

  • JOURNÉE D’ÉTUDES / Marges et interstices en histoire de l'architecture (XVIIIe-XXIe siècle) II
  • > 5.02 . 8h30 > 18h . Amphi. ENSAL

La journée d’études proposée est le second volet d’une réflexion sur les "marges" en histoire de l’architecture, qui a déjà donné lieu à l’organisation d’une première journée d’études, le 5 février 2018, à l’Université de Tours (InTRu).
Plusieurs thèmes seront abordés, nous incitant à faire un pas de côté et nous faisant voir la norme sous un jour nouveau. Car, en creux, c’est aussi de normes, toujours intellectuellement construites dans des temps et milieux donnés, et de catégories, à géométrie variable ou aux contours poreux, dont il sera question.

La notion de marge, du point de vue de la tradition historiographique de la discipline architecturale, appelle aussi celle de la réception, immédiate ou différée – selon un concept déjà bien connu – mais également « fabriquée » ou « spontanée ». Par ailleurs, l’analyse d’un édifice, d’un programme architectural ou d’une personne au prisme de sa médiatisation révèle des hiatus et des postures complexes, parfois paradoxales. Ces questions sont toujours au centre des réflexions portées par ce second volet des rencontres. Le comité d’organisation souhaite ainsi poursuivre son exploration sans a priori de terrains / acteurs / objets / approches potentiellement marginales ou interstitielles, temporairement ou de façon pérenne, la confrontation des expériences et des regards s’avérant particulièrement stimulante.

Dans le cadre de cette nouvelle journée, les méthodes, les corpus et les discours demeurent des champs d’observation privilégiés, qu’ils proviennent de chercheurs confirmés ou de jeunes chercheurs. Nous envisageons ce nouvel événement comme une journée de recherche commune où le public, les intervenants et les membres du comité scientifique et d’organisation puissent débattre à bâtons rompus et évaluer des partis pris scientifiques qui n’ont que peu l’occasion de se rencontrer autour de l’architecture et de ses mécanismes de création. D'une façon plus générale, cette nécessité d'échanger autour de nos approches nous conduit également à être particulièrement attachés à faire de ce nouveau rendez-vous un de ces trop rares moments de dialogue entre modernistes et contemporanéistes.

Cette journée d'études a reçu le soutien du Bureau de la recherche architecturale, urbaine et paysagère (BRAUP), ainsi que des laboratoires LAURe (Ecole nationale supérieure d'architecture de Lyon, UMR 5600 EVS) et InTRu (Université de Tours, EA 6301)