AC
TU


Journal de bord de l'Atelier Europe - Paysages alternatifs

Exposition de croquis.

  • EXPOSITION / Journal de bord de l'Atelier Europe - Paysages alternatifs
    9.05.19. Atrium. ENSAL
A travers des croquis, l’exposition cherche à mettre en évidence l’expérience comme mesure du fait urbain. Chaque observateur construit son expérience depuis son propre cadre culturel et sensoriel. L’observateur devient alors critique. Si sa compréhension peut être subjective et incomplète, le systématisme de chaque expérience d’observation permet à l’observateur de construire un parcours visuel au travers d’une séquence de croquis de laquelle émerge des « paysages alternatifs ».

L’expérience de l’Atelier Europe fait partie de l’atelier X de l’Ecole d’Architecture de l’Université Viña del Mar. Au travers du voyage et du croquis, étudiants et enseignants s’impliquent dans l’étude de la ville comme projet par le biais de l’observation directe du fait urbain. L’évidence de ce processus de recherche s’inscrit dans un carnet où le croquis et les notes constituent la source de réflexion critique à cette étape.
L’expérience de l’Atelier Europe fait partie de l’atelier X de l’Ecole d’Architecture de l’Université Viña del Mar. Au travers du voyage et du croquis, étudiants et enseignants s’impliquent dans l’étude de la ville comme projet par le biais de l’observation directe du fait urbain. L’évidence de ce processus de recherche s’inscrit dans un carnet où le croquis et les notes constituent la source de réflexion critique à cette étape.
Nous faisons des efforts pour objectiver le fait urbain. Les outils numériques permettent de collecter l’information qui se traduit en mesures et en définition, tel un canon. Cependant le fait urbain est expérientiel; souvent le canon n’explique pas à lui seul la structure qui sous-tend l’ordre explicitant cette réalité. Nous habitons par l’expérience, nous mesurons à partir de la subjectivité, nos sentiments et notre univers culturel.
Le croquis est une façon de mettre en évidence cette mesure. L’auteur construit un ensemble de points de vue, il avance en sélectionnant, mettant en relation, comparant, voire en superposant des expériences. L’étape d’observation de l’Atelier Europe cherche à systématiser l’expérience personnelle en réunissant les croquis dans le journal de bord. L’image globale produite offre un regard ordonné au long d’un parcours (asynchronique), articuler par l’auteur, un cadre duquel émerge un paysage alternatif qui prend forme de collection d’éléments discrets, de profils, de couleurs, d’ombre et de lumière, tout éléments conjugués visuellement par le dessin.
Comment pouvons-nous systématiser l’expérience du fait urbain depuis le subjectif ?
Quels paysages émergent de cette systématisation ?
Comment se croisent les résultats du project urbain avec la perception de l’expérience émergeant de cette nouvelle réalité ?
L’ensemble de croquis a une structure : trois horizons visuels, la colline, la rive et le réseau d’espaces publics. Un espace ordonnateur de chaque parcours visuel (pas toujours logique, parfois fragmenté) comparé avec d’autres réalités (Viña del Mar, Lyon, Paris). Chacun est invité à commencer sa recherche. De la lecture croisée de l’exposition émergera d’autres paysages, d’autres alternatives.

  • Enseignants

Joaquin Bustamante M., architecte, directeur de l’école d’architecture de l’UVM
Rodrigo Torreblanca C., architecte, enseignant à l’école d’architecture de l’UVM
Felipe Ehrenfeld L., architecte, enseignant à l’école d’architecture de l’UVM
Maite Rivera M., architecte, enseignante à l'école d'architecture de l'UVM