AC
TU


Le sol qui nous porte

Interventions de Marc Bigarnet et Eric Alonzo dans le cadre des cours théoriques de master du domaine d’étude « Architecture, métropole et territoires habités ». Conférences ouvertes à tous.

  • CONFÉRENCE / "Le sol qui nous porte"* 1/2
  • 13.11.19. 16h >18. Amphi

Penser la discipline de l’architecture au delà de l’édifice, dans ses fondations jusque dans ses horizons.

L’Urbanisme, le Paysagisme, l’Architecture, l’Ingénierie … sont autant de disciplines qui transforment " ce sol qui nous porte" pour que nous puissions y vivre, ensemble. Leurs différences en font souvent des rivales, constituant autant de paradoxes que de solutions ; souvent provisoires parce que sans cesse requestionnées ; à nos qualités de vies.

Mais s’il s’agit de penser la longue durée et non l’éphémère immédiateté, sans doute faudrait-il replacer ces disciplines comme représentant chacune une temporalité spécifique d’un même projet : celui d'habiter, ensemble, sur - ou au creux de - "ce sol qui nous porte". Et dans cette perspective, quelles sont alors les réelles limites de l’architecture ?

Cette question ouverte fonde le domaine d’Étude « Architecture, métropole et territoires habités » dans l’élaboration des sujets offerts autour du projet "urbano-architectural".

Un choix restreint de projets de l’agence Obras tentera de mettre en exergue cette "extension du domaine de l’architecture", appuyée sur deux ouvrages publiés sur les travaux de l’agence :
- Extension du domaine de l’urbanisme de Frédéric Bonnet - Grand Prix de l’Urbanisme 2014 aux éditions Parenthèses
- Levels publié par les éditions LAC en 2018 à l’occasion de la 16e biennale d’architecture de Venise

  • Marc Bigarnet
Architecte-urbaniste et Maître de Conférences à l'ENSAL.

  • CONFÉRENCE / "Le sol qui nous porte"* 2/2
  • 13.11.19. 18h > 20h. Amphi

Chemin, rue, route, autoroute, parkway, ... comme objets de l'architecture, à la croisée de l’ingénierie, de l'urbanisme et de l'art des jardins. Eric Alonso présentera ses ouvrages L’Architecture de la voie. Histoire et théories (Parenthèses/École d'architecture de la ville & des territoires, 2018) et Du rond-point au giratoire (Parenthèses, 2005).

La voie est considérée habituellement comme relevant strictement de la sphère technique. Or elle peut aussi être envisagée comme une "architecture". Illustré par une iconographie abondante et en partie inédite, ce livre montre ainsi comment, depuis l’Antiquité, les chemins, les routes, les rues, les boulevards, les autoroutes et les parkways ont pu être envisagés comme relevant – à la fois – du solide, de l’utile et même du beau. Cette généalogie permet d’expliquer l’origine de la plupart de nos dispositifs routiers actuels – que l’on considère à tord comme spécifique à l’automobile (échangeurs, ronds-points, routes à péages, voies multimodales, etc.) – inventés au temps des voitures à chevaux, parfois même expérimentés au cœur des jardins à la française ou des parcs pittoresques.

Le prisme de la voie permet alors de révéler, par une série de "coupes en long" qui couvrent de longues périodes (paradigmes de l’édifié, du jardin et du flux), une tradition qui associe étroitement les savoirs et les objets des architectes, des ingénieurs, des paysagistes et des urbanistes, considérés aujourd’hui comme autant de domaines distincts. Cette publication se présente ainsi comme une somme historique, largement inédite, sur une "architecture du territoire" envisagée comme le socle commun des disciplines de l’aménagement.

Enfin, face aux incertitudes qui pèsent aujourd’hui sur le nombre et l’encombrement des futurs véhicules, aussi bien que sur leur vitesse et leur énergie de locomotion, cette redécouverte d’une longue tradition de conception architecturale de la voie, permet à nouveau d’envisager celle-ci non plus comme un objet fonctionnellement surdéterminé – et voué à l’obsolescence technique –, mais comme un élément permanent et constitutif du territoire, à même d’intégrer une somme croissante d’enjeux (environnementaux, sociaux, urbains, esthétiques, etc.) et de se soumettre à des processus de transformation, de réhabilitation, de reconversion et de recyclage que rendent nécessaires les changements actuels et futurs.

  • Eric Alonzo

Architecte, docteur en architecture et professeur à l’École d’Architecture de la Ville & des territoires Paris Est, Chercheur à l’Observatoire de la conditions suburbaine et codirecteur du DSA d’architecte-urbaniste


* Maurice Merleau-Ponty - Philosophe : Nature, Notes, cours du Collège de France, seuil 1995.
"La Nature est un objet énigmatique, un objet qui n’est pas tout à fait objet; elle n’est pas tout à fait devant nous. Elle est notre sol, non pas ce qui est devant, mais ce qui nous porte"