AC
TU


Relire la Charte de Venise

Rencontres dans la cadre du séminaire du DEM AHD, proposé par Benjamin Chavardés et Philippe Dufieux.

  • CONFÉRENCE / Relire la Charte de Venise
    13.12. 9h30-12h30. Amphi. ENSAL

La Charte internationale sur la conservation et la restauration des monuments et des sites, dite « charte de Venise » (1964), demeure aujourd’hui un document de référence qui guide les projets architecturaux menés sur un patrimoine existant. Plus de cinquante ans après sa rédaction, cette rencontre propose de requestionner l’histoire de sa rédaction et l’actualité du texte.

  • Relire la Charte de Venise : origines, rédaction, diffusion - Animée par Andrea Pane, Université de Naples Federico II

La Charte de Venise est encore aujourd'hui, 54 ans après sa rédaction, un document d'une longévité exceptionnelle dans l'histoire des chartes de restauration internationales. L’histoire de sa rédaction est une page incontournable de la culture de la restauration de la fin du XXe siècle et mérite d’être approfondie et racontée. Considérant que la rédaction de la Charte est principalement due au travail de trois hommes, les Italiens Roberto Pane et Piero Gazzola et le Belge Raymond Lemaire, ce dernier en tant que rapporteur, le discours illustrera d'abord les "racines" de la Charte, à travers une synthèse du contexte culturel italien après la Seconde Guerre mondiale. Les relations étroites entre Pane et Gazzola, qui ont conduit aux travaux préparatoires de la Charte et à la discussion lors du Congrès de Venise en mai 1964, seront ensuite examinées, jusqu'à la version finale du document. Enfin, la diffusion, la réception et l'héritage de la Charte à ce jour seront illustrés, soulignant sa validité substantielle, même aujourd'hui, malgré les changements profonds que la discipline de la restauration a subis au cours des dernières décennies.

Andrea Pane est architecte (Naples, 1998), Phd en Conservation of Architectural Heritage (2003) et titulaire d’un master en , professeur associé en conservation architecturale à l’Université de Naples Federico II. Ses recherches portent sur les aspects théoriques et historiques de la conservation. Il a étudié les principales figures italiennes des deux derniers siècles comme Camillo Boito, Gustavo Giovannoni et Cesare Brandi. Il est co-auteur de Guidelines for Accessibility to the Cultural Heritage et de plusieurs publications consacrées à la charte de Venise.

  • Relire la charte de Venise à travers les archives de R.M. Lemaire : genèse, révisions, questionnements - Animée par Claudine Houbart, ULiège - UR AAP - Lab DIVA

Déposées en 1992 aux archives universitaires de la KULeuven, les archives de Raymond M. Lemaire (1921-1997) constituent une ressource exceptionnelle pour l’histoire de la conservation-restauration dans la seconde moitié du XXe siècle. Outre ses projets personnels et son implication au sein d’organismes internationaux tels que l’ICOMOS, le Conseil de l’Europe et l’Unesco, la « fabrique » de plusieurs documents internationaux y est documentée. Parmi ceux-ci, la charte de Venise, dont Lemaire fut l’un des rédacteurs avant de tenter à plusieurs reprises, et en vain, d’en obtenir une révision. Cet exposé abordera tant la genèse que les tentatives de révision de la charte, en parallèle avec les projets contemporains de R.M. Lemaire et l’émergence de nouveaux concepts au cours des années 1970, telle la conservation intégrée.

Claudine Houbart est architecte (ULiège, 1996), historienne de l’art (ULB, 2000) et titulaire d’un master spécialisé en conservation des monuments et des sites (KULeuven, 2002). Sa thèse de doctorat, présentée en 2015 à la KULeuven, portait sur « Raymond M. Lemaire et la conservation de la ville ancienne: approche historique et critique de ses projets belges dans une perspective internationale ». Elle est actuellement professeur à la faculté d’architecture de l’Université de Liège, membre de l’UR Art, Archéologie, Patrimoine et du groupe de recherche DIVA (Documentation, Interprétation, Valorisation de l’architecture, du design et du patrimoine). Ses recherches portent sur l’histoire de la conservation-restauration aux XIXe et XXe siècles, avec un intérêt particulier pour la fabrique des documents doctrinaux et leurs rapports avec la pratique, ainsi que sur les théories et enjeux contemporains de la discipline.