AC
TU


La double temporalité de l'architecture

Conférence de Philippe Potié, dans le cadre des cours théoriques d’Olivier Balaÿ Que fait la transition écologique à l’architecture ? Conférence ouverte à tous.

  • CONFÉRENCE / La double temporalité de l'architecture
    13.02.19 18h-20h. Salle 4. ENSAL
Conférence de Philippe Potié, architecte, historien, intitulée La double temporalité de l’architecture.
L’architecture est la représentation, pétrifiée, du temps. L’édification cristallise dans la matière bâtie notre expérience temporelle offrant à la psyché la satisfaction de saisir le flux de l’existence qui lui échappe inexorablement. L’expérience esthétique de l’architecture est celle de la rencontre avec les temporalités qui rythment l’existence humaine. Reprenant l’intuition kantienne qui fait de l’espace et du temps les données premières de la conscience au travers d’une « esthétique transcendantale », on décrira ce mouvement à partir des deux modes majeurs de notre appréhension du temps : l’action et la contemplation.
Étonnement, on remarque qu’à chacun d’eux correspond une expression formelle définie. Universelles, elles forment une dualité archaïque où s’enracine l’expression architecturale. Nous montrerons qu’au temps de l’action qui se déploie dans un présent absolu correspond, la ligne, l’angle et la clarté blanche de la lumière. À l’inverse le temps de la contemplation, qui embrasse les passés ancestraux avec les futurs lointains, trouve son expression dans les courbures de surfaces colorées. Tout l’art de l’architecte réside alors dans l’invention d’une mise en scène qui permette que se côtoient les deux expressions.
À l’aune de cette analyse temporelle, les oppositions entre modernité et expressionnisme, classicisme et baroque, se découvrent une tout autre dimension. Dans cette même perspective, on saisit plus aisément les enjeux contemporains d’une architecture qui se confronte à la fois aux temps longs de l’écologie d’une part et aux temps toujours plus courts de la mondialisation de l’économie. On comprend pourquoi les œuvres expressionnistes des Libeskind et Zaha Hadid côtoient celles plus naturalistes et minimalistes de Sanaa et Ishigami.

  • Philippe Potié
Professeur en Histoire et cultures architecturales. Chercheur au Laboratoire de recherche de l’École nationale supérieure d'architecture de Versaille - LéaV.
Formation - parcours :
- 2005 : Habilitation à diriger des recherches, EHESS, discipline Histoire et Civilisations, mention « histoire de l’architecture/histoire des techniques », direction : Professeur Jean Dhombres (histoire des sciences). Titre du mémoire : Architecture : territoires et mémoires de l'expérience constructive.
- 1984 : Doctorat de 3e cycle Histoire de l'art et des civilisations, École des hautes études en sciences sociales, directeur de thèse : Monsieur le Professeur Louis Marin. Titre de la thèse : Philibert de L'Orme : la théorie du projet architectural à la Renaissance.
- 1978 : Architecte DPLG, École d'architecture de Grenoble, directeur d'étude Sergio Ferro. Thème : Genèse et fonction du dessin architectural.

  • Bibliographie
- Philippe Potié, Le voyage de l’architecte, Marseille, Parenthèses, 2018.
- Philippe Potié, Le Corbusier, The monastery of Sainte Marie de la Tourette, bilingue, anglais-chinois, ed Birkhauser/ China architecture & Building Press, 2006.
- Philippe Potié,Le couvent Sainte Marie de la Tourette, Fondation Le Corbusier/ Birkhäuser, 2001 (bilingue français- anglais).
- Philippe Potié, Philibert de L'Orme, figures de la pensée constructive, Marseille, Parenthèses, 1996.