AC
TU


Valorisation et considération du patrimoine architectural militaire au Japon

Conférence Delphine Vomscheid dans le cadre de l'atelier de master "Les espaces de la mémoire" de Benjamin Chavardés.

  • CONFÉRENCE / Valorisation et considération du patrimoine architectural militaire au Japon
    20.09. 18h-20h. Amphi
Aujourd’hui, les châteaux japonais occupent une place importante dans le paysage patrimonial nippon et même international. Le château de Himeji est en effet inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1993, attestant ainsi de sa valeur universelle exceptionnelle. Les sites castraux japonais se développent principalement au début du Moyen-Âge (XIIe-XVIe siècle), mais c’est entre la fin du XVIe et le début du XVIIe siècle que l’architecture militaire connaît son apogée, avec notamment la construction de donjons monumentaux, symboles du pouvoir des seigneurs de guerre. Après l’abolition du régime féodal et la restauration du pouvoir impérial à la fin du XIXe siècle, les châteaux vont être massivement détruits, volontairement dans un premier temps, puis par les ravages des bombardements aériens de la Seconde Guerre mondiale. Seulement douze donjons authentiques sont parvenus jusqu’à nous, mais de nombreux autres ont été reconstruits, utilisant des méthodes, matériaux et modèles pouvant différer de l’original. Dans cette présentation, nous exposerons l’évolution de la considération patrimoniale des châteaux japonais, depuis la fin du XIXe siècle jusqu’à aujourd’hui, et nous discuterons en particulier de la pratique de la reconstruction.

  • Delphine Vomscheid
Architecte diplômée de l’ENSA Nancy en 2009, Delphine Vomscheid a également obtenu une licence en langue et civilisation japonaises à l’université Paris-Diderot. Elle poursuit depuis 2012 des recherches en doctorat à l’École Pratique des Hautes Études (Université Paris Sciences et Lettres) sous la direction de Nicolas Fiévé, architecte et directeur d’études. Les travaux de Delphine Vomscheid portent sur l’histoire de l’architecture des guerriers des anciennes villes castrales japonaises, et de son traitement patrimonial dans la ville contemporaine. Dans ce cadre, elle a effectué plusieurs séjours au Japon, notamment au Kyōto Institute of Technology, de 2014 à 2016, grâce à l’obtention de la bourse MEXT du gouvernement japonais. En 2017, elle est également lauréate de la bourse de recherche du musée du quai Branly.