AC
TU


Café du Laure

Café du Laure animé par Chantal Dugave, maître de conférence à l'ENSAL. Ouvert à tous.

  • CAFÉ DU LAURE/ Pratique d'artiste-architecte : faire sens dans les espaces de souffrances
    13.12. 12h45-13h45. Salle Varrault
Le travail de recherche interroge une pratique d’artiste architecte sur des sujets qui questionnent des espaces en souffrance. En quoi une tel activité est-elle apte à décaler les points de vue ? En quoi peut-il construire du sens ? À quelles conditions proposer un point de vue différent permet-il de réinterpréter un contexte ? Quel champ cognitif développe-t-il ?
La communication se développera en deux temps, la première tentera de répondre aux questionnements que nous rencontrons actuellement dans les écoles d’architecture sur la recherche et la pratique. S’intéressant plus au processus que l’objet fini, il s’agira de présenter une base théorique construite autour de la notion de « faire », lequel évoque l’action, le passage de l’image à l’objet. À partir d’exemples, la deuxième partie présentera comment cette pratique peux dé-construire et re-construire des points de vue. Une hypothèse se pose alors : le faire peut-il construire un espace de débat ?

  • Chantal Dugave
Maître de conférence à l’ENSA Lyon où elle enseigne depuis 2000, elle est titulaire depuis 2012 et, en 2015, commence une recherche. Elle est doctorante au laboratoire GERPHAU de l’ENSA de la Villette et directrice des Universités d’été « Architecture et Champagne ».
Le parcours de l’architecture à l’art plastique est fondateur de sa démarche artistique. L’une l’a amenée à la connaissance de la mise en œuvre de l’espace, l’autre l’a poussée à approfondir la réflexion sur la représentation et le sens qui s’y rapporte. Cette transversalité entre les disciplines lui a ouvert des champs d’exploration qui lui ont permis d’aborder le projet sous différents angles, lui donnant plus d’outils pour prospecter et comprendre ce qui est en jeu. Ses travaux visent à produire du sens. Construits dans des contextes particuliers comme le conflit, la maladie ou la guerre, ils créent des récits qui montrent des réalités contradictoires, approchant ainsi la complexité du monde.
Sa pédagogie est conçue pour aider les étudiants à prendre conscience de la dimension visible et invisible du réel. Les invitant à aborder des territoires variés du savoir (la danse, la philosophie, l’architecture...), ils agrègent alors les points de vue pour dessiner les contours de la réalité et ensuite la transformer en y faisant projet.