Expérimen
tations


Imaginons demain, le DEM AMTH2 à Largentière

De février à juin 2017, 25 étudiants en architecture et en master "Ville et Environnement Urbain" ont observé, arpenté, analysé, décrypté le territoire du Val-de-Ligne et de Largentière. Cet état des lieux leur a permis d’identifier huit situations de projet, à partir desquelles ils ont imaginé différents processus d’intervention, s’appuyant sur les ressources locales du territoire.

Comment favoriser un développement local auto-soutenable ? Dans quelle mesure et comment les territoires ruraux en sont-ils un lieu d'invention ? L’ambition de l'atelier AMTH2 en master 1 est de tester et mettre à l'épreuve le modèle de la biorégion sur des territoires ruraux de la région Rhône-Alpes en partenariat avec des acteurs locaux (institutionnels, économiques, associatifs …).

TERRITOIRE D'ÉTUDE
Pendant un semestre, 25 étudiants se sont questionnés sur le devenir du Val de Ligne, une communauté de commune rurale en Ardèche mériodionale. Au sein de cette collectivité on retrouve Largentière, sous préfecture de l’Ardèche qui a perdu son attractivité et sa situation de ville centre au bénéfice d’Aubenas, seule ville importante à proximité. Largentière se trouve à trois heures environ de Lyon, Clermont-Ferrand et Marseille, par la route. Le centre de la commune de 1700 habitants se trouve dans le creux de la vallée de la Ligne, petit torrent montagneux prenant sa source dans le massif du Tanargue. Le centre bourg médiéval se love dans une boucle de la Ligne, dominé par des coteaux qui ont historiquement été aménagés en terrasses pour les besoins de l’agriculture.
Bourg-centre isolé dans un territoire très rural, la commune a connu une forte croissance démographique dans les années 1960, liée à la réouverture et l’exploitation d’une mine de plomb argentifère. La fermeture de la mine, en 1982, a marqué le début d’un nouveau déclin de la commune de Largentière, qui a perdu une grande partie de sa population, entraînant également celui des commerces et des services publics. Largentière imbrique ainsi des caractéristiques qui renvoient à la « ruralité » (omniprésence et proximité avec un paysage naturel et éloignement des grands flux) et des caractéristiques urbaines : présence d’une périphérie paupérisée, services centraux, densité dans le centre-bourg…

TEMPORALITÉ
Cinq mois d'atelier ont permis aux 25 étudiants et à leurs 4 professeurs de visiter et de s'imprégner du territoire, par plusieurs phases et visites.

  • Phase 1 : IMAGES FERTILES

Avant leur premier voyage à Largentière, les étudiants ont du imaginer les représentations que chacun se fait a priori du territoire de Largentière, sous la forme d'un collage (ou photomontage) conçu comme une image fertile. Les objectifs de cet exercice court sont ainsi de : partager ensemble ces représentations ; les confronter à la découverte du territoire une fois sur place ; ouvrir les questionnements qui seront développés dans la phase d'état des lieux prospectif.

  • Phase 2 : ÉTAT DES LIEUX PROSPECTIFS

Lors de cette étape, il a été demandé aux étudiants, après une première expérience de terrain, de prendre connaissance et de prendre la mesure du Val de Ligne. Cette étape doit aboutir à l’identification de questions et de situations de projet dont les « enjeux » peuvent être explicitement formulés. 5 thématiques ont été collectivement choisies : Le sol, les patrimoines, l'habiter, l'énergie et les alternatives. A l'issue de ces 4 semaines de réflexion, les étudiants ont présenté aux élus de Largentière et acteurs locaux leurs travaux sur ces thématiques, lors d'un deuxième voyage fin mars 2017.

  • Phase 3 : QUESTIONS ET SITUATIONS DE PROJET

A l'issue du deuxième voyage et de la présentation et débat avec les acteurs locaux, des projets ont émergé. 8 groupes se sont créés et ont imaginé des situations de projet pour Largentière. Sur des lieux de projet et des échelles différentes, les étudiants ont proposé des possibles pour le futut de Largentière : intervention en centre bourg, aménagement des abords du cours d'eau, amélioration des entrées de ville, réutilisation de bâti ancien... Chaque proposition s'est s’appuyé sur la remobilisation des ressources territoriales identifiées dans la phase précédente. Lors de cette phase, une étape de terrain au sein du Val de Ligne a été effectuée

  • Phase 4 : IMAGINER ENSEMBLE DES FUTURS POSSIBLES

Après avoir développé leurs situations de projets, les étudiants avec leurs professeurs ont mené une réflexion sur le futur du Val de Ligne. Ensemble, ils ont mis en avant des axes de développement (Territoire pédagogique, savoir-faire, ressources locales...) et imaginé comment restituer leurs réflexions aux habitants et acteurs locaux du Val de Ligne. Les questions transversales soulevées pendant le semestre ont été mises en avant : Quelles sont les ressources du territoire et comment sont-elles utilisées ? Comment préserver ces ressources au service d'un bien commun, à travers un projet de territoire ? Par quels leviers peut-on engager le territoire dans un processus de transition économique, écologique, à partir des ressources locales ?

La restitution s'est faite le 23 et 24 Juillet, dans l'ancien tribunal de la commune. Les propositions des étudiants ont ainsi été mises en débats avec les habitants, citoyens, visiteurs de Largentière et du Val-de-Ligne. Les différents groupes de projet ont imaginé des dispositifs interactifs, participatifs pour dialoguer de leurs idées avec les visiteurs. Ces journées d'échanges ont été extrêmement fructueuses, permettant aux habitants d'imaginer et d'entrevoir des idées possibles et permettant aux étudiants de se confronter à un public réel, en attente d'idées concrètes.

Équipe pédagogique

  • Sandra Fiori,
  • Florimond Gauvin,
  • François Nowakowski,
  • Nadine Roudil.