Expérimen
tations


À la recherche d'une architecture vertueuse

En décembre dernier, les seize étudiants du domaine d’études de master 1 Architecture Vertueuse - AV se sont rendus aux Grands Ateliers pour concevoir et réaliser quatre prototypes reprenant les thématiques abordées au sein de l’atelier de projet du premier semestre.

L’ambition affichée du domaine d’études construit autour de Paul Vincent et de son réseau partenarial est d’emmener les étudiants sur les chemins tortueux de l’innovation au service d’une architecture vertueuse dessinée avec le soleil et le vent. Tout au long du premier semestre, les étudiants ont appris à concevoir l’architecture par l’innovation, et à le faire par le travail collectif en collaboration avec des partenaires.

À l’occasion de l'atelier intensif de fin de semestre, les étudiants ont questionné leur projet à l’échelle 1 par la manipulation de la matière, appréhendé la dimension constructive de la réflexion architecturale et développé une démarche de Recherche & Développement par le "test" des prototypes. La conception et réalisation des quatre prototypes reprenaient les quatre thématiques de l’atelier de projet :

  • le mur épais vertueux : comment le mur épais peut-il faire architecture ?
Le projet explore les potentialités d’un élément de mur préfabriqué intégrant dans son épaisseur et sa matière différentes fonctions techniques et d’usage, pensé et développé au service de l’architecture contemporaine en collaboration avec un industriel. Cette réflexion prend le contre-pied de la dynamique actuelle d’éclatement de l’enveloppe en multiples couches, séparant les fonctions en autant d’éléments isolés complexifiant la mise en oeuvre, le dessin et les usages.

  • la tuile végétalisée : comment rénover la tuile terre cuite au service d’une architecture contemporaine apte à répondre aux problématiques urbaines actuelles ?
Cette problématique est née des limites posées aux interventions contemporaines dans les contextes urbains très contraints des sites historiques protégés au titre du patrimoine mondial. La prescription incontournable de l’emploi de tuiles dans les zones protégées cristallise des conflits insolubles entre défenseurs du patrimoine et architectes contemporains. Bien qu’étant un produit hérité du passé n’ayant pas connu d’évolution majeure depuis le siècle dernier, la tuile de terre cuite s’impose aux concepteurs et aux paysages en limitant la liberté des réponses architecturales. Au delà du contexte patrimonial, cette réflexion embrasse d’autres préoccupations plus larges de qualité environnementale des toitures à pans en zones urbaines denses où la végétalisation apporte une réponse aux problématiques d’îlots de chaleur et de gestion des eaux pluviales.

  • la pièce manquante : Comment penser l’architecture évolutive dans le bâti existant ?
Ce projet questionne l’extension des possibilités d’usages dans des lieux donnés, intérieurs ou extérieurs, par l’intégration d’une pièce supplémentaire modulable et adaptable aux saisons. La thématique de la pièce en plus questionne le caractère multifonctionnel, modulaire et évolutif de la conception architecturale au service de la transformation d’un existant vers des qualités plus ‘vertueuses’ de confort d’ambiances et d’usages. En prenant le bâtiment de l'ENSAL comme support, les étudiants ont pu initier cette réflexion générique à partir de leur vécu.

  • voir le vent : Comment mobiliser le vent comme première ressource pour aménager un espace ?
Cette thématique aborde les potentialités sensuelles du vent dans une double approche contemplative et fonctionnelle. Bien qu’il ne se voit pas, le vent est un élément naturel fort qui détermine les capacités d’un lieu à générer différentes ambiances. La recherche menée pour "montrer le vent" consiste à l’exploiter dans la conception d’un espace au service de la création d’ambiances mais également en réponse à des fonctions d’usages. Le programme retenu est celui de la création d’un paravent ondoyant baptisé "MURoir" dont la génération de reflets éphémères brise l’attente du spectateur.

Équipes étudiantes
  • SmartWALL - Henrik Almquist, Victor Didier, Diégo Guerry, Chi Zhang
  • PlusONE - Antonin Boulanger Cartier, Blandine Fournier, Aurélie Jadaud, Mathilde Padilla
  • FerTILE - Frédérique Lezais, Yannis Neuburger, Leticia Pose Hirata, Fabio Cevrero
  • MURoir à vent - Tayssir Chaouachi, Laszlo Nef, Juliette Rauscher, Céline Vaillant

Encadrement pédagogique
  • Estelle Morlé
  • Rémy Mouterde
  • Emmanuel Ritz
  • Paul Vincent
  • Jean-Loup Castaigne
  • Agnès et Olivier Doizy - maquettistes

Partenaires industriels
  • Philippe Malé, Éric Risser - TERREAL
  • Pépinière Renault
Partenaire ingénieur
  • Cédrick Chaigneau - agence AIA associés

Partenaires institutionnels
  • Pietro Salizzoni - École centrale de Lyon
  • Laurence Tanguille - Grand Lyon